Nouvelles de Pékin

Publié le par Ding

Aujourd'hui, il faisait un temps superbe mais chaud et je me suis aventuré pour la première fois au centre de Pékin. Je l'ai fait en autobus, qui est un très bon moyen de voir la ville à condition d'avoir du temps (plus d'une heure dans chaque sens).
 
Plus on se rapproche du centre, moins la ville a changé relativement, mais il y a tout de même un peu partout des hutong éventrés pour laisser la place à des tours et des centres commerciaux, aux lignes parfois futuristes. J'ai aperçu de loin le théâtre ovoïde dessiné par l'architecte français Paul Andreu : étonnant.
 
Grande surprise en arrivant à Qianmen (la porte qui borde la place Tiananmen au sud) : Qianmen Dajie est une rue piétonne reconstituée de l'époque Qing, avec un tramway d'époque (superbe) et des boutiques de luxe des deux côtés. Je n'ai pas aimé cette reconstitution complète, à la Dysneyland ou à la singapourienne, avec des boutiques de luxe et de souvenirs pour les touristes qui bordent la rue et les rues adjacentes. Pour moi, c'est l'antithèse de ce qu'il faut faire comme restauration. Mais dans le genre, il faut reconnaître que c'est bien fait et les touristes chinois (cent pour un étranger) ont l'air ravis.
 
Très bonne surprise en quittant le périmètre rénové vers l'ouest : on trouve des hutong très bien conservés. Certes, l'oeil exercé voit vite que le ver est dans le fruit : des inscriptions en anglais, quelques boutiques pour touristes, mais cela reste un vrai quartier vivant avec les vieux en tricot de corps sur le pas de leur porte, des boucheries sans frigidaires et des toilettes qui ont gardé leur odeur locale. Bref, le Pékin des années 90 continue d'exister au moins là et j'en suis sorti ravi, en me promettant d'y revenir.
 
La suite au prochain numéro.

Publié dans Nouvelles de Pékin

Commenter cet article