Journal des Moluques (février-mars 2016)

Publié par Ding

L’extrémité sud des Célèbes, près de Makassar

L’extrémité sud des Célèbes, près de Makassar

Premier jour (13 février) : Surabaya - Saumlaki : arrivé hier soir de Yogyakarta, je décolle de Surabaya vers Ambon à 7 h 45 sur Batik Air. Survol du sud, puis du sud-est des Célèbes, avec de belles vues mais sans s’y arrêter. C’est la première fois que je rejoins directement les Moluques sans faire escale à Makassar (alias Ujung Pandang) ou à Manado.

Courte escale en correspondance à l’aéroport Pattimura d’Ambon (128˚ 05’E, 3˚ 42’S), qui s’est modernisé et connaît un trafic bien plus important semble-t-il que lors de mes visites précédentes (1992 et 2004). Ambon est une plaque tournante, toute une flottille d’ATR dessert les autres îles des Moluques et nombre de localités de Papouasie.

En arrivant de Java, il faut avancer sa montre de deux heures. Les Moluques sont à l’heure de l’Indonésie orientale (TU + 9, comme Séoul et Tokyo). Du coup, la nuit ne tombe ici que vers 19 heures.

Décollage quelques minutes plus tard dans un ATR 72 de Wings Air avec une vingtaine de passagers seulement. Nous mettons le cap au sud-est et survolons la mer de Banda. Le temps, beau à Ambon, devient très couvert et c’est au milieu d’épais nuages noirs que Yamdena, l’île principale de l’archipel des Tanimbar apparaît après 1 h 20 de vol.

Malgré le mauvais temps, je savoure ce moment car un vieux rêve se réalise : j’avais beaucoup entendu parler des Tanimbar et des Moluques du sud-ouest lors de mes voyages aux îles Kei et Aru (janvier 2004) puis à Timor et Alor (mars 2008). Elles me faisaient rêver et le moment est arrivé.

Descente vers Saumlaki (Yamdena)

Descente vers Saumlaki (Yamdena)

L’approche finale se fait au dessus d’une vaste forêt, sous un plafond de nuages noirs très bas. Nous nous posons sous une pluie battante. Heureusement, l’éclairage de piste fonctionne.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Première surprise du voyage après ce trajet sans histoires : le nouvel aéroport de Saumlaki, dénommé Mathilda Batlayeri en l’honneur d’une héroïne locale, qui était en construction depuis longtemps, est entré en service en mai 2014. Mais il est beaucoup plus loin de la ville (18 km environ) que l’aéroport d’Olilit et la pluie tombe à verse. Il faut donc partager un taxi pour gagner Saumlaki (131° 19’E, 7° 57’S).

  Le centre de Saumlaki vu du quartier du port

Le centre de Saumlaki vu du quartier du port

La capitale sous-régionale des Tanimbar (“régence des Moluques du sud-est occidentales” en jargon administratif, créée en 2000) est une très petite ville (15 000 habitants ?), une vraie sous-préfecture aux champs. Sorti du port et du quartier du marché, on tombe très vite dans une zone résidentielle semi-rurale, puis dans la campagne. Mais c’est la ville des Tanimbar ... Tout est petit ici sauf deux choses : les bureaux du Bupati (le sous-préfet en quelque sorte) qui sont vastes sinon démesurés, et les églises, modernes et impressionnantes. Saumlaki, où le catholicisme domine, en compte trois grandes et plusieurs petites.

Types ethniques assez mélangés en ville, souvent intermédiaires entre les mondes asiatique et mélanésien, comme il est fréquent aux Moluques. Des commerçants chinois dans le quartier du marché.

Une longue recherche, demeurée infructueuse car je suis balloté entre des conseils contradictoires, des bureaux de la compagnie de navigation Pelni me donne l’occasion de visiter la ville sous la pluie. Il semble néanmoins se confirmer que le Pangrango de la Pelni, sur lequel je compte pour commencer ce voyage, est attendu demain soir. En attendant, le petit port de Saumlaki ne compte que des barques de pêche et quatre ou cinq cargos plus ou moins mangés par la rouille, dont ce qu’on appelle ici des “navires pionniers” qui font le cabotage entre les iles. Ils ne paient pas de mine (litote) mais je vais sans doute devoir bientôt compter sur eux.

Cargos à quai à Saumlaki

Cargos à quai à Saumlaki

L’accès à Internet semble des plus réduits. Il existe bien un “centre de services Internet” à la périphérie mais ... il a brûlé. Je sais à quoi m’attendre sur ce plan pour la suite du voyage.

Deuxième jour (14 février) : Saumlaki Arui Bab et retour, 115 km environ : Le beau temps est revenu pour la journée. Départ de l’auberge à 7 h 05 pour la gare routière de Saumlaki qui est déserte : c’est dimanche matin, tout le monde est, me dit-on, à la messe.

Je parviens néanmoins à gagner les villages de Sangliat Dol (42 km) et d’Arui Bab (55 km, 131° 32’E, 7° 44’S) avec les moyens du bord y compris la marche et l’autostop. Jusqu’au village d’Amdasi, la route est parallèle à la côte orientale de l’île mais elle est dans l’intérieur. La forêt est encore visible par endroits mais de nombreuses clairières de défrichement permettent de petites cultures : maïs, riz sur brûlis, bananiers, palmiers. A partir d’Amdasa, la route longe la côte mais reste accidentée.

Sangliat Dol et, à un moindre degré, Arui Bab attirent les touristes à cause de leurs trois mégalithes en forme de bateaux. Il arrive, plutôt en octobre, que des paquebots de croisière mouillent devant Sangliat Dol et débarquent leurs passagers, ce qui donne lieu à un vrai choc culturel. Rien de tel aujourd’hui : je suis le seul visiteur (depuis assez longtemps à Arui Bab).

Comme il est fréquent dans l’est de l’Indonésie, il est exclu de se rendre directement sur les sites qui sont la propriété des villages. Il faut d’abord se présenter au chef de village et remplir le registre des visiteurs. Puis on se rend chez le tuan tanah (chef coutumier) ou a lieu une petite cérémonie pour demander le pardon et la bénédiction des esprits que l’on va déranger en prenant des photos. A chaque village, il faut remettre au tuan tanah une petite bouteille de sopi (alcool de palme) et un don en espèces. La cérémonie consiste en une invocation des esprits du lieu et ... de la Vierge Marie, avec une libation au sopi et des signes de croix. C’est évocateur du syncrétisme entre catholicisme et croyances anciennes. Comme il est courtois de parler d’abord de la pluie et du beau temps avec chacun de ces notables, ces préliminaires prennent pas mal de temps.

Le bateau de pierre en haut de l’escalier de Sangliat Dol
Le bateau de pierre en haut de l’escalier de Sangliat Dol

Le bateau de pierre en haut de l’escalier de Sangliat Dol

Les mégalithes en forme de bateaux, témoins d’une époque revolue, valent en effet le déplacement. Il y en a deux à Sangliat Dol, en haut et en bas d’un escalier de pierre qui monte de la plage.

Le bateau de pierre d’Arui Bab (proue et poupe)Le bateau de pierre d’Arui Bab (proue et poupe)

Le bateau de pierre d’Arui Bab (proue et poupe)

Celui d’Arui Bab, sur une colline qui domine le village actuel, est plein de charme, largement enseveli sous l’herbe. Ces trois mégalithes sont bien la principale attraction touristique de l’île de Yamdena.

Sur le chemin du retour, je gagne à pied le village “touristique” de Tumbur, proche de l’aéroport. Intérêt et ressources limités (en fait une petite industrie locale de sculpture sur bois). Je regagne Saumlaki vers 14 heures.

Vers 17 h 30 les employés du port me disent que l’arrivée du Pangrango est imminente mais ils semblent bien peu informés. Je rejoins donc le port sans trop me presser et bien m’en prend. Le navire accoste en effet vers 20 heures dans l’atmosphère de kermesse habituelle aux escales de la Pelni (la compagnie nationale de navigation). Des centaines – au bas mot – de jeunes de la ville sont là pour aider au déchargement moyennant rétribution ou pour commercer. Une seule passerelle étant abaissée, le déchargement prend plus d’une heure et donne toutes les apparences du chaos. Outre les passagers venus d’Ambon qui débarquent avec leurs gros bagages, des tonnes de fret sont déchargées à la main car la Pelni joue un rôle important dans le ravitaillement des îles.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Comparé aux navires de la Pelni que j’avais empruntés auparavant – l’Umsini en 2004 entre Tual et Ambon, le Bukit Siguntang en 2008 entre Kupang et Surabaya – le Pangrango, port d’attache Surabaya, fait figure de parent pauvre. Il est plus petit (500 passagers), assez sale et déglingué. Les première et deuxième classes ont officiellement été supprimées, les billets ne donnent plus accès qu’à la classe économique en dortoirs. Il subiste en fait quelques cabines de première et de seconde mais il faut en négocier l’accès avec l’équipage et elles sont mal entretenues. Je négocie ainsi l’accès à une cabine de seconde que je partage avec un autre passager. Malgré ces imperfections, la possibilité de passer la nuit sur une couchette, dans une cabine climatisée, est un luxe que je regretterai certainement par la suite. Nous appareillons à 23 h 35.

Troisième jour (15 février), Saumlaki Tepa : nuit acceptable malgre le réveil par haut parleur à 5 h 06 pour la première prière musulmane du jour et plusieurs annonces bruyantes par la suite.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Vers 7 h 45, nous longeons déjà le nord-ouest de l’île Babar. Elle est montagneuse et couverte de forêt. Aucun village n’est visible. Nous faisons route plein ouest. Une petite île est visible au nord-ouest (Dai) et nous en avons déjà dépassé deux autres (Dawera et Dawelor). Deux villages apparaissent un peu plus tard sur la côte nord. L’île de Wetan apparaît ensuite à l’ouest de Babar. Nous accostons à Tepa (129º 35’E, 7º 52’S) à 10 h 10.

Arrivée à Tepa (Babar)Arrivée à Tepa (Babar)

Arrivée à Tepa (Babar)

Je trouve une auberge et on me laisse espérer un cargo “pionnier” pour Moa entre le 17 et le 19. Je me présente à la police pour être bien en règle, comme il est souhaitable dans les lieux reculés.

Tepa : la rue principale

Tepa : la rue principale

Tepa est un gros village, 3 000 habitants à peu près, autour du marché, de l’église protestante et de la petite mosquée. Quasiment pas de voitures. La chaleur de midi est redoutable et les petites maisons à toits de tole, dépourvues de ventilation naturelle, sont intenables. L’électricité n’est distribuée que la nuit. Une centrale solaire serait fort utile pour capter un peu de cette énergie que que le soleil déverse à profusion. Les premières ont fait leur apparition dans cette partie des Moluques mais pas encore ici.

Quand la température a un peu baissé, vers 16 h 30, j’arpente les parages au sud de Tepa. La route principale, non goudronnée, traverse bientôt (2 km) une large rivière que je préfère ne pas passer à gué. La forêt est bien là sur les hauteurs mais l’étroite plaine littorale a été défrichée : quelques cocoteraies, un peu de maïs protégé par des clôtures de bois, des manguiers, quelques vaches et porcs. Une belle plage, Pasir panjang, part de Tepa vers le sud mais on me dit qu’elle ne peut être longée qu’à marée basse.

Je dîne comme j’avais déjeuné : dans une petite échoppe constituée d’une table et de deux bancs dans la rue.

Quatrième jour (16 février), Tepa Palyora et retour, 38 km : temps un peu couvert ce matin, idéal pour la marche. Je quitte Tepa à 7 h 15 vers le nord par la route improprement appelée « trans Babar » qui fait en fait le tour de l’île. Je marche 10 km, puis un camion transportant du riz m’achemine jusqu’au km 19. La route suit la côte et traverse l’étroite plaine littorale où se pratique de la petite agriculture : maïs, cocotiers, quelques vaches. Elle traverse les villages vus hier en naviguant : Letsiara, Watrupun, Manumui (450 habitants). On est ici en pays protestant, sur les terres de l’Eglise protestante des Moluques (on me demande s’il en est de même en France ...).

Les anfractuosités rocheuses de Palyora (Babar)

Les anfractuosités rocheuses de Palyora (Babar)

Au km 19, je rebrousse chemin jusqu’au km 17,5 au lieu dit Palyora (pas de village) d’où je gagne la plage. Légèrement au sud se trouvent des amoncellements de roches coralliennes qui forment des grottes. Celles-ci semblent avoir été utilisées jadis à des fins religieuses et peut être pour entreposer des crânes humains (à vérifier). Intérêt limité somme toute mais joli endroit solitaire qui serait inaccessible à marée haute.

Plage près de Manumui (côte nord de Babar)

Plage près de Manumui (côte nord de Babar)

Je prends le chemin du retour. En quittant Manumui, j’ai la chance - ou la malchance comme on voudra – de croiser le chef du village qui me conduit chez lui d’autorité. Il me reproche gentiment d’avoir voulu traverser son village sans venir le voir et, pire encore, de m’être rendu sur le site de Palyora sans son accord et sa présence. Je profère des excuses embarrassées mais suis bien conscient d’avoir manqué à l’usage local bien connu.

Nous nous réconcilions et je suis convié à partager le déjeuner à la paroisse (protestante bien sûr). Une petite église est toujours là mais une nouvelle, bien plus grande, est en construction depuis onze ans. J’en ai pour deux heures au moins mais nous nous quittons bons amis.

Je rentre ensuite lentement car le temps s’est levé et la chaleur est forte. Je regagne Tepa à 17 h 45 après 30 km de marche. A la capitainerie du port, on n’a toujours pas d’information précise sur les prochains navires vers Moa.

Cinquième jour (17 février), Tepa Tela et retour, 38 km : j’aurais aimé visiter l’île de Wetan, juste en face de Tepa mais c’est compliqué : les bateaux partent en milieu de journée et reviennent le lendemain car ils suivent les horaires du marché.

Je pars donc à pied vers 7 h 15 sur la route circulaire, vers le sud cette fois. Un camion m’aide à passer la grande rivière à pieds secs. Les paysages sont les mêmes qu’hier mais cette portion de l’île est plus boisée, moins cultivée, presque inhabitée. Non goudronnée, la route est une piste parfois en mauvais état, avec plusieurs radiers et quelques passages en forte pente qui doivent être impraticables sauf en 4x4 quand le sol est détrempé.

Je suis recueilli en chemin par une équipe de PLN – la compagnie nationale d’électricité – qui va faire des formalités avec ses usagers dans deux villages : Imroing (km 14) et Tela (km 19). Je suis associé à cette tournée ce qui me permet de rencontrer les chefs de villages et de parler un peu à tous.

Rue d’Imroing (côte sud de Babar)

Rue d’Imroing (côte sud de Babar)

Imroing compte 480 habitants et Tela 1 300 avec une majorité d’agriculteurs (maïs, fruits). Une église protestante imposante est en construcution à Tela. J’y rencontre un ménage canadien que tout le monde connait ici : ils sont installés à Babar depuis neuf ans et traduisent la Bible dans les dialectes locaux, lesquels diffèrent fortement d’un village à l’autre.

Lakpona (auvent traditionnel) à Tela

Lakpona (auvent traditionnel) à Tela

La route, me dit-on, continue quelques kilomètres après Tela, puis devient un simple sentier sur 20 km environ. L’accès en voiture à la côte est de l’île se fait donc nécessairement par la côte nord.

On m’affirme qu’un “aéroport international” ouvrira cette année à Imroing. C’est peu probable car, même si le projet paraît avéré, les travaux n’ont pas encore débuté (ceux de l’aéroport et ceux de réfection de la route). Babar devrait à terme sortir de son isolement, suivant en cela les Tanimbar, Moa et Kisar.

La plage de Watrorona, au sud-ouest de Babar
La plage de Watrorona, au sud-ouest de Babar

La plage de Watrorona, au sud-ouest de Babar

Sur le chemin du retour, je fais halte sur la plage de Watrorona au km 11 (orientation ouest-sud-ouest, belles formations coralliennes très déchiquetées) puis sur une autre au km 8 environ (orientation ouest, face à Wetan).

Comme hier, la mer est absolument déserte : pas un cargo, pas une barque de pêche. Pas un avion dans le ciel. Babar est à l’écart de toutes les routes.

Gué sur la route au sud de Tepa (Babar)

Gué sur la route au sud de Tepa (Babar)

Sixième jour (18 février), départ de Tepa : un appel de la capitainerie confirme le départ pour Moa cet après midi.

Sur la plage de Pasir panjang (Babar)Sur la plage de Pasir panjang (Babar)
Sur la plage de Pasir panjang (Babar)

Sur la plage de Pasir panjang (Babar)

Promenade ce matin sur la plage de Pasir Panjang au sud de Tepa, face à l’ile de Wetan. Je la suis jusqu’à l’embouchure de la grande rivière.

Le navire attendu accoste vers 12 h 30. C’est le Populair, un cargo construit au Japon il y a un peu plus de vingt ans. Des centaines de passagers sont déjà entassés sur le pont et dans les coursives quand je monte à bord mais d’autres montent encore avec leurs bagages. La houle étant trop forte à quai, nous allons mouiller à 200 brasses de là et y restons de 13 h à 16 h 15. La patience d’un tel concours de peuple entassé dans la chaleur et les fumées de gas-oil a de quoi édifier. Un service de chaloupes s’organise pour amener les derniers passagers et nourrir les autres.

Sur le pont du Populair couvert par une bâche

Sur le pont du Populair couvert par une bâche

Nous appareillons à 16 h 15, contournons Wetan par le nord puis mettons le cap ouest-sud-ouest. Le capitaine m’informe que le Populair assure la navette entre Tual (îles Kei, Moluques du sud-est) et Makassar (Célèbes sud) via Saumlaki, Marsela, Tepa, Moa, Kisar et Wetar. Il doit toutefois cesser de naviguer quand le vent est trop fort. Ces lignes “pionnières” sont le seul lien de certaines îles avec l’extérieur. Elles sont subventionnées par l’Etat. A la tombée de la nuit, l’archipel de Babar a disparu derrière nous mais je n’ai pu reconnaître l’île de Sermatang, au sud.

Le capitaine du Populair

Le capitaine du Populair

Septième jour (19 février), arrivée à Moa : La nuit se passe sans incident autre qu’une forte pluie peu avant 5 heures mais elle est très inconfortable dans de telles conditions de surpeuplement, froide de surcroît.

Arrivée à Kaiwatu (Moa)

Arrivée à Kaiwatu (Moa)

Nous accostons au petit port de Kaiwatu (127º 49’E, 8º 06’S), sur la côte nord de Moa, à 6 h 15. Le jour vient de se lever. Kaiwatu dispose, comme Saumlaki et Tepa, d’une jetée et d’un quai de débarquement, mais dans une anse à peine évasée qui n’offre aucun abri contre les vents du large. Même par temps calme, le débarquement est rendu malaisé par la houle. Avec une mer un peu forte, il serait impossible. Le groupe des îles Leti (Leti, Moa et Lakor) ne dispose à ma connaissance d’aucun port naturel ce qui interrompt toute desserte maritime par gros temps.

La capitainerie me parle d’un départ pour Kisar demain, ce qui est trop tôt, et d’un autre le 22, qui devrait convenir.

Je me rends l’après midi à Tiakur, à 6 km au sud, qui est depuis 2012 la capitale de la régence des Moluques du sud-ouest, laquelle avait vu le jour en 2008.

Une avenue de Tiakur (Moa)

Une avenue de Tiakur (Moa)

Curieuse impression d’une cité administrative neuve et inachevée. De larges avenues ont été tracées à angle droit en pleine campagne. Bien que le Bupati (régent) et les services administratifs aient construit des bureaux sans luxe ni ostentation, la ville est encore très peu habitée et fait un peu figure de ville fantôme. On attend encore un vrai tissu urbain.

Huitième jour, 20 février, Kaiwatu Patti et retour, 28 km : départ ce matin à 7 heures pour Tiakur en profitant en partie du car de ramassage scolaire. Du marché de Tiakur, une petite route part vers le sud, passe le village de Wakarleli, puis continue vers le sud-est. Elle longe la côte ouest puis la côte sud de l'île de Moa et traverse une zone tantôt boisée, tantôt en partie défrichée mais presque déserte.

Un ophidien à Tiakur (Moa)

Un ophidien à Tiakur (Moa)

Pas de village après Wakarleli et circulation presque nulle. L’île voisine de Leti, plus montagneuse, est visible à l'ouest (photo ci-dessous).

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Après 8 km (marche et un peu d'autostop à la fin avec une voiture de fonctionnaires), j'arrive au bout de la route carrossable au village de Patti (127º 51'E, 8º 12' S).

L’église de Patti (Moa)
L’église de Patti (Moa)

L’église de Patti (Moa)

Là se trouve ce qui passe pour la plus ancienne église des Moluques ; ce temple protestant fut construit en 1625 par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Le matériau de construction est du corail chauffé et mélangé avec ... du blanc d'oeuf. La cloche fondue en 1901  qui s'est décrochée du clocher a ete remplacée par ... un obus qui sert de gong pour appeler à la prière. Cette église ancienne est en bon état et bien entretenue.

Journal des Moluques (février-mars 2016)Journal des Moluques (février-mars 2016)

Juste à côté les petites ruines de ce qui furent un fortin et une école de la Compagnie, dont il subsiste deux plaques anciennes aux initiales VOC dans le village.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

La plage, sur la côte sud, est belle et propre, face au large. Mais les prélèvements de corail et de sable pour la construction ont altéré son intégrité.

Je prends la route du retour à 10 heures. Quelques nuages bienfaisants atténuent la forte chaleur. Je retrouve Tiakur à midi et y trouve la première connexion Internet digne de ce nom depuis mon arrivée aux Moluques, de sorte que je consacre l’après midi à me mettre un peu à jour. Un cargo pour Kisar m’est annoncé pour demain soir.

 

Au nord de Tiakur (Moa)

Au nord de Tiakur (Moa)

Le port de Kaiwatu au crépuscule

Le port de Kaiwatu au crépuscule

Un petit séisme (5 Richter) a lieu à 20 h 06 à une centaine de kilomètres à l’est de Moa. J’en suis averti par SMS par l’administration compétente mais n’ai rien senti sur le moment. La mer de Banda est une zone à forte sismicité.

Neuvième jour, 21 février, excursion dans l’est de Moa (25 km) : j’avais prévu de visiter la région montagneuse située à l’est de l’ile (Gunung Kerbau) mais le temps est à la pluie ce matin et le moyen de transport sollicité hier est en panne. Faute de mieux, je retourne à Tiakur pour la troisième fois.

L’église protestante de Tiakur pendant l’office du dimanche

L’église protestante de Tiakur pendant l’office du dimanche

La ville est déserte en ce dimanche matin, renforçant l’impression d’une ville fantôme, à l’exception de l’église qui déborde de monde. Le pasteur prêche il est vrai avec beaucoup d’éloquence, un vrai Bossuet en chaire.

Le beau temps revenant vers 11 h 30, je quitte Tiakur vers le nord-est par la route en cours d’achèvement qui dessert le nouvel aéroport. On traverse de petites collines plantées en teck, lequel est exploité de longue date.  Après 9 km de route environ commence une plaine sèche, peu fertile, où le corail affleure sous une mince couche d’humus. Plus de maïs ici mais un peu d’élevage.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Le Gunung Kerbau est bien visible dans l’est, à 7-8 km à peu près. Il présente la particularité d’être largement déboisé. Quant aux troupeaux de buffles sauvages dont j’avais entendu parler (kerbau signifie ‘buffle”), je n’en vois pas trace. “Ici, quand il y a des buffles sauvages, on les mange” m’explique un paysan.

L’aéroport de Tiakur (Moa)

L’aéroport de Tiakur (Moa)

A 11 km de Tiakur à peu près se trouve le nouvel aéroport, déjà en service mais à peine achevé; la piste a été allongée et élargie en 2015. Il se nomme Jos Orno Imsula, du nom de la défunte épouse du Régent actuel, ce qui mécontente les paysans du cru qui auraient préféré conserver le nom traditionnel. Deux vols hebdomadaires, le lundi et le jeudi, desservent Wonreli et Ambon mais les lieux sont totalement déserts en ce dimanche midi.

Je regagne Kaiwatu par une nouvelle route ouest-est partiellement goudronnée (9 km environ). La chaleur est forte en marchant dans la plaine déserte. Cela va un peu mieux ensuite car les forêts de teck procurent de l’ombre. Retour à Kaiwatu vers 14 heures.

La plage et le port de Kaiwatu l’après-midi
La plage et le port de Kaiwatu l’après-midi

La plage et le port de Kaiwatu l’après-midi

Je me présente au port à 21 h 40. L’attente commence avec une forte pluie d’orage vers 23 h 30. Le petit phare qui signale le port est éteint mais les lumières de Kaiwatu et la croix lumineuse de son église doivent suffire à guider les navires. La mer est heureusement calme car il m’est bien confirmé que les navires ne peuvent accoster lorsque le vent vient du large.

 

Dixième jour (22 février), Moa Kisar : les feux du navire apparaissent dans la nuit vers 0 h 10 et l’accostage a lieu à 0 h 55. Bien qu’à plus petite échelle que dans les ports précédents, le débarquement et l’embarquement prennent du temps et je ne peux dormir que vers 2 heures.

Le Sabuk Nusantara 34 (littéralement : “ceinture de l’archipel n° 34”) est l’un des navires “pionniers” qui sillonnent les Moluques et au delà : sa destination finale est Kupang, à Timor ouest. C’est un vrai navire conçu pour le transport des passagers, sur le modèle des paquebots de la Pelni, avec des dortoirs, quelques cabines et des équipements de sécurité. Il est loin d’être surpeuplé et je peux louer une cabine à l’équipage. C’est donc infiniment mieux que le Populair trois jours plus tôt. Points faibles : une propreté perfectible et surtout la pratique habituelle mais consternante de jeter tous les déchets en plastique à la mer.

Nous faisons escale en fin de nuit à Servaru, dans l’île de Leti. Au réveil, à 7 h 50, Kisar est déjà bien visible devant nous. Romang est visible au loin à tribord. A bâbord une grande île montagneuse : c’est la pointe orientale de Timor, la région de Los Palos où j’avais fait étape en 1990 – avant l’indépendance donc. Timor paraît toute proche, nous devons être tout près de la frontière maritime internationale. Dans ce détroit, les téléphones captent les signaux des deux pays : Indonésie et Timor-est.

 

 

 

 

Journal des Moluques (février-mars 2016)
Journal des Moluques (février-mars 2016)

Nous contournons Kisar par le sud. Quelques arbres mais l’ile est sèche et peu fertile, avec des falaises rocheuses.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Nous accostons au port de Wonreli (127° 08’E, 8° 06’S) à 10 h 25. A la capitainerie, les nouvelles ne sont pas fameuses : pas de navire prévu pour Wetar, ma prochaine étape, cette semaine alors que cette île est toute proche, bien visible au nord-ouest.

Je gagne Wonreli à pied et m’y installe avec la visite de rigueur à la police locale.

Dixième au douzième jour (22 - 24 février), Kisar : il apparaît que je risque de passer un peu de temps à Kisar, faute de passage annoncé vers Wetar et au delà.

Le village de Lekloor (Wonreli) à la sortie du lycée

Le village de Lekloor (Wonreli) à la sortie du lycée

Très petite ville, chef lieu provisoire de la régence des Moluques du sud-ouest de 2008 à 2012, Wonreli a un vrai passé historique puisque la Compagnie néerlandaise des Indes orientales s’y est installée dans les années 1660.

Je visite à ce titre :

L’ancienne église, construite en 1665 et reconstruite en 1778. Aujourd’hui en ruines, il en subsiste les murs et une cloche de bronze brisée;

L’ancienne église, construite en 1665 et reconstruite en 1778. Aujourd’hui en ruines, il en subsiste les murs et une cloche de bronze brisée;

Juste à côté, la “maison des rois”de Wonreli, en bon état avec un beau toit de chaume (l’intérieur ne semble pas accessible);

Juste à côté, la “maison des rois”de Wonreli, en bon état avec un beau toit de chaume (l’intérieur ne semble pas accessible);

À quelques mètres de là, dans les bureaux locaux du ministère de la culture, un ancien canon portugais ou hollandais qui porte le monogramme VOC de la Compagnie des Indes;

À quelques mètres de là, dans les bureaux locaux du ministère de la culture, un ancien canon portugais ou hollandais qui porte le monogramme VOC de la Compagnie des Indes;

Sur une colline, en contrehaut de la mosquée, le fort Delfshaven de la VOC.

Sur une colline, en contrehaut de la mosquée, le fort Delfshaven de la VOC.

C’est en fait un petit fortin (25 x 15 m à l’estime) dont les dimensions modestes rappellent que la colonisation fut menée avec de petits effectifs; ce mur historique, qui subsiste sur trois côtés, est hélas maléficié par des bâtiments modernes dont l’un construit en plein milieu ! Si l’on y ajoute les herbes folles, les ordures et une absence évidente d’entretien, il n’est que trop clair que les habitants et leurs édiles se soucient peu de ce patrimoine historique.

Au port de Wonreli, 2 km à l’ouest de la ville, le fort Vollen Hafen, construit par la VOC à partir de 1668, bien plus vaste que le précédent. Seul subsiste en grande partie le mur d’enceinte mais celui-ci continue à se dégrader faute d’entretien (chute récente d’un escalier, me dit-on).

Au port de Wonreli, 2 km à l’ouest de la ville, le fort Vollen Hafen, construit par la VOC à partir de 1668, bien plus vaste que le précédent. Seul subsiste en grande partie le mur d’enceinte mais celui-ci continue à se dégrader faute d’entretien (chute récente d’un escalier, me dit-on).

À 2 km au sud du port à peu près, sur la vaste dalle rocheuse qui domine celui-ci, une curieuse pyramide à degrés construite en 1774 par le Pr.Dr. V. Felcher, un chercheur allemand, pour commémorer un échouage ou un naufrage.

À 2 km au sud du port à peu près, sur la vaste dalle rocheuse qui domine celui-ci, une curieuse pyramide à degrés construite en 1774 par le Pr.Dr. V. Felcher, un chercheur allemand, pour commémorer un échouage ou un naufrage.

Cette pyramide est en bon état dans l’ensemble, sauf à son extrémité sud-ouest un peu endommagée. Quelques dizaines de mètres plus haut, un petit monument métallique récent mais déjà rouillé atteste du passage d’une expédition dans "les îles les plus extérieures de l’Indonésie”.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Deux excursions plus longues me permettrent de reconnaître à pied la côte sud et la côte nord de Kisar :

Journal des Moluques (février-mars 2016)
Journal des Moluques (février-mars 2016)
  • Au départ du village d’Abusur, proche de Wonreli, une succession de petites routes et de sentiers permet de gagner la côte sud, d’où les plateaux et les montagnes de Timor-est se voient très bien juste en face; succédant aux collines du centre de Kisar, raisonnablement fertiles et cultivées, les collines littorales sont arides et, de ce fait, presque désertes;
la côte elle-même, déjà vue depuis la mer, est une falaise corrallienne abrupte, mais qui comporte quelques cassures étroites au fond desquelles se trouvent de très petites plages, dont trois que j’ai visitées.

la côte elle-même, déjà vue depuis la mer, est une falaise corrallienne abrupte, mais qui comporte quelques cassures étroites au fond desquelles se trouvent de très petites plages, dont trois que j’ai visitées.

Journal des Moluques (février-mars 2016)
  • la plus attrayante dans son fjord minuscule est celle de Kiasar, proche du village de Oirata ; c’est aussi un lieu historique puisque c’est ici que les Hollandais de la VOC prirent pied dans l’île au 17ème siècle (ce qui en dit long sur la petite taille de leur navire); tout près de là une croix blanche, bien visible de la mer : c’est un lieu de méditation connu sous le nom de ”colline de Gethsemani”.
De Wonreli et d’Abusur, une route ouest-est permet de rejoindre en 7 km la côte orientale. Elle suit dans sa dernière partie le fond d’une vallée encaissée, couverte de forêt et de bambous arborescents;

De Wonreli et d’Abusur, une route ouest-est permet de rejoindre en 7 km la côte orientale. Elle suit dans sa dernière partie le fond d’une vallée encaissée, couverte de forêt et de bambous arborescents;

Le port de Jawalang (Kisar)
Le port de Jawalang (Kisar)

Le port de Jawalang (Kisar)

Elle aboutit à Jawalang, petite plage de la côte est, dans une brèche de la falaise de corail. Ce joli port naturel, dépourvu de jetée, sert surtout aux pêcheurs. Des navires l’utilisent cependant lorsque le vent d’ouest et les vagues interdisent d’accoster à Wonreli : Jawalang fait fonction de port auxiliaire de Kisar.

En cheminant sur la dalle rocheuse au sud de Jawalang, on domine la mer de quelques dizaines de mètres avec de belles vues sur les fonds coralliens. Quelques buffles et chèvres paissent une herbe rase, sur la dalle pourtant très sèche, cuite par le soleil.

En cheminant sur la dalle rocheuse au sud de Jawalang, on domine la mer de quelques dizaines de mètres avec de belles vues sur les fonds coralliens. Quelques buffles et chèvres paissent une herbe rase, sur la dalle pourtant très sèche, cuite par le soleil.

Les plages de Liti (Kisar)
Les plages de Liti (Kisar)
Les plages de Liti (Kisar)
Les plages de Liti (Kisar)
Les plages de Liti (Kisar)
Les plages de Liti (Kisar)

Les plages de Liti (Kisar)

  • Après 2 km de marche sans chemin, on peut descendre sur les deux petites plages de sable blanc de Liti. Quelques canots sont tirés sur le rivage, deux pêcheurs plongent en apnée dans le corail non loin de là mais l’endroit est désert. Ces plages loin de tout et ces fonds corralliens offrent des visions de cartes postales mais l’ombre est rare et la chaleur est forte en fin de matinée.

A Jawalang, on me parle d’une barge pétrolière en escale à Wonreli, qui continuerait sa route vers Ilwaki, à Wetar. L’information me frappe évidemment, coincé que je suis avec la perspective d’attendre une semaine ou plus à Kisar. Or elle est exacte, comme je le vérifie au port de Wonreli l’après midi. Bien que cette barge ne soit pas supposée prendre de passagers, j’obtiens de l’équipage et de la capitainerie du port l’autorisation de m’y embarquer en soirée car je suis seul. Voyager seul a parfois du bon.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

La barge Sumber Anugerah met en route le 24 à 20 h 55, au clair de lune. Le vent est d’ouest avec de la houle, une mer assez forte au début. Seul passager, j’assiste sur la passerelle au spectacle des vagues dans la nuit. Nous faisons route au nord-ouest, avec compas et GPS mais sans carte. Le vent tombe et la mer se calme peu à peu par la suite, permettant un peu de repos.

Treizième jour, 25 février, Ilwaki (Wetar) : nous accostons à 4 h 30 au port d’Ilwaki (126º 24’E, 7º 56’S) toujours par un beau clair de lune. En dehors du feu clignotant qui signale le port, il n’y a rien, la côte est dans l’obscurité et semble déserte. Il me paraît préférable d’attendre à bord le lever du jour.

Ilwaki et son port

Ilwaki et son port

L’équipage me conduit alors au village d’Ilwaki, 750 habitants, 3 km à l’est. En l’absence de toute ressource d’hébergement ou de restauration dans ce qui passe pourtant pour la principale agglomération de Wetar, je trouve gite et couvert chez l’habitant comme il est de tradition dans les villages reculés. C’est une hospitalité gentille et secourable, dont je mesure la valeur, mais très simple. L’électricité, distribuée la nuit seulement, est produite par une centrale solaire qui fait heureusement oublier le bruit et la fumée noire de la centrale diesel de Wonreli. Je passe la matinée entre la visite indispensable au Chef de village et diverses palabres, avec pour objectif premier de trouver un moyen de tranport pour traverser l’île demain. C’est loin d’être simple car il n’y en a guère.

Accompagné d’un jeune du village, je me rends l’après midi à 3 km environ à l’est d’Ilwaki. La route goudronnée ne va pas plus loin que le village. Il faut emprunter une piste parallèle à la côte avec des passages ravinés en forte pente. Un sentier permet ensuite de rejoindre une plage de sable blanc longue de plusieurs kilomètres (Eden ?) malheureusement salie par des déchets de plastique sans doute apportés par le courant. Dommage car ce serait sinon une belle plage.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Quatorzième jour (26 février), Ilwaki Lurang (45 km) : départ peu avant 8 heures par la route goudronnée vers l’ouest. N’ayant pas trouvé de voiture – il semble n’y en avoir aucune à Ilwaki – j’affrète deux motos par précaution pour cette traversée montagneuse de l’île.

Le port à peine dépassé, la route oblique vers le nord et s’élève dans la forêt. Elle est toute neuve et parfaitement revêtue sauf sur quelques passages mais avec de fortes côtes. Presque aucune circulation à l’exception des camions de chantier. Cette forêt est déserte : on ne voit ni habitation ni village.

Journal des Moluques (février-mars 2016)Journal des Moluques (février-mars 2016)
Journal des Moluques (février-mars 2016)

Elle semble être une forêt nationale protégée. Elle est très belle avec des eucalyptus par endroits et de nombreuses espèces tropicales qui donnent l’apparence d’une forêt primaire.

Deux curiosités naturelles jalonnent le trajet :

Journal des Moluques (février-mars 2016)
Journal des Moluques (février-mars 2016)
Journal des Moluques (février-mars 2016)
  • Le lac Tihu, que l’on découvre d’un belvédère (126° 21’E, 7° 48’S). C’est le site naturel le plus connu de Wetar. Il est dominé à l’est par des falaises calcaires abruptes. D’après certaines indications, son eau serait salée ou saumâtre et il serait habité par des poissons marins, ce qui surprend vu son altitude (400 m environ) et son éloignement de la mer. Il est connu pour être peuplé de crocodiles, sur la dangerosité desquels mes sources se contredisent. La route dominant le lac d’assez haut, ces questions resteront dans l’immédiat sans réponse malgré leur intérêt scientifique.
Journal des Moluques (février-mars 2016)

Juste après le pont du km 38,1 en venant d’Ilwaki, on aperçoit des sources chaudes sortant d’une vaste concrétion de roches de couleur. La rivière étant gonflée par les pluies, nous ne pouvons que les observer à courte distance.

Après le dernier col (alt. 240 m environ), la route descend vers la côte nord. Ces 7-8 derniers kilomètres ne sont pas achevés de sorte que la progression y est plus difficile. Nous arrivons au village de Lurang, sur la côte (126° 21’E, 7° 42’S), à 10 h 15.

 

Lurang, sur la côte nord de Wetar

Lurang, sur la côte nord de Wetar

Quatorzième au dix-neuvième jour (26 février au 2 mars), Lurang et départ pour Kupang : Lurang est ma dernière étape aux Moluques mais je vais devoir m’armer de patience car le bateau pour Kalabahi (Alor), ma prochaine destination, n’est annoncé que pour les premiers jours de mars.

Journal des Moluques (février-mars 2016)

Ce petit village (entre 6 et 700 habitants), au débouché de la route qui vient de la côte sud, est le chef lieu du canton (kecamatan) de Wetar nord. Il dispose, à défaut d’un vrai port, d’une jetée qui semble abandonnée lorsqu’aucun navire n’y fait escale c'est-à-dire presque tout le temps. On y trouve les bureaux du canton, deux écoles, un dispensaire, une grande église protestante, une petite église catholique, Sainte Marie de l’Immaculée Conception, qui est rattachée à la paroisse Saint Pierre de Wonreli (Kisar), une petite mosquée, quelques épiceries et une boutique de mode improbable. Les habitants tirent leurs ressources de leurs champs, d’un peu de pêche et des salaires de la mine de cuivre toute proche.

La rivière proche de Lurang ; la pancarte visible sur l’une des photos met en garde contre les crocodiles (buaya)
La rivière proche de Lurang ; la pancarte visible sur l’une des photos met en garde contre les crocodiles (buaya)
La rivière proche de Lurang ; la pancarte visible sur l’une des photos met en garde contre les crocodiles (buaya)

La rivière proche de Lurang ; la pancarte visible sur l’une des photos met en garde contre les crocodiles (buaya)

En l’absence de route côtière, les possibilités d’excursion se réduisent aux abords immédiats du village, délimités à l’est par une rivière toute proche et à la route de montagne venant d’Ilwaki. La présence signalée de crocodiles dans cette rivière et sur les plages conduit à limiter encore les sorties et ne pas se baigner en mer même si ces sauriens ne semblent pas préoccuper les habitants outre mesure.

La côte vue du port de Lurang

La côte vue du port de Lurang

Sur la plage de Lerokis

Sur la plage de Lerokis

Le relais téléphonique du village ayant été en panne jusqu’au 29 février, Lurang était largement coupé du reste du monde. Pas entièrement toutefois car à Lerokis, 5 km à l’ouest sur la côte, se trouvent des installations de l’entreprise minière Batutua Kharisma Permai (BKP), à capitaux majoritairement australiens, qui exploite une importante mine de cuivre répartie sur deux sites, Lerokis et Kali kuning.

Cette entreprise emploie nombre d’habitants du village (et du reste de l’Indonésie, et quelques expatriés). Elle possède une logistique importante en engins et véhicules de toutes sortes qui contraste avec le dénuement de la région. Elle rend au village divers services et lui permet en particulier une alimentation électrique presque continue, exceptionnelle sinon unique dans la régence. Elle dispose aussi d’une connexion wifi qui fonctionne plus ou moins, dont elle fait bénéficier les visiteurs sur demande ; ceci me conduit à y faire des visites quotidiennes pour ne pas être totalement privé de communications en attendant un bateau dont nul ne sait vraiment quand il arrivera.

 

Le 2 mars au matin, le bateau en question n’est toujours pas arrivé et il se dit qu’il serait toujours à Saumlaki, en panne de surcroît. Dans ces conditions, mon hôtesse me conseille de ne pas attendre davantage et de solliciter l’entreprise minière qui affrète plusieurs bateaux par semaine pour Kupang. Je m’y résigne à regret car je souhaitais rejoindre Alor mais il est difficile d’attendre trop longtemps un passage hypothétique.

Je me rends donc une nouvelle fois dans les bureaux de BKP à Lerokis dont le responsable australien accepte de me laisser embarquer sur le navire qui arrive au même moment. Je l’en remercie fort car ma situation aurait été inconfortable dans le cas contraire.

Le Pan Marine 14 arrive à Lerokis

Le Pan Marine 14 arrive à Lerokis

Je retourne à Lurang prendre congé et chercher mon sac et embarque sur le Pan Marine 14 dans l’après-midi. C’est un bateau de 30 m de long que l’entreprise BKP utilise pour acheminer ses employés. Sans être luxueux, il est bien plus rapide et confortable que les cargos locaux. Avec ses trois moteurs de 1 300 CV, il file 20 nœuds dans un grand vacarme.

La côte nord de Wetar à l’ouest de Lerokis
La côte nord de Wetar à l’ouest de Lerokis
La côte nord de Wetar à l’ouest de Lerokis

La côte nord de Wetar à l’ouest de Lerokis

Nous appareillons à 17 h 55 et mettons le cap à l’ouest, longeant la côte nord de Wetar. C’est un littoral sauvage au possible : la mer, la forêt, la montagne et rien d’autre. Pas un village (en fait un seul avant la tombée de la nuit, par 106° 06’), pas un champ, pas une route. C’est la nature sauvage à l’état brut. Juste avant la nuit, à 19 h 25, nous franchissons un petit détroit entre Wetar et une petite île (Roeng, 125° 56’E, 7° 39'S) et mettons le cap au sud-ouest sous des milliers d’étoiles. Wetar se perd dans la nuit.

Je quitte ainsi les Moluques, comblé par ce séjour.

 

X     X     X

 

 

Le soleil se lève sur Timor-ouest

Le soleil se lève sur Timor-ouest

Vingtième au vingt-huitième jour, 3 au 11 mars, Kupang (Timor-ouest) et l’archipel d’Alor: au lever du jour, nous avons dépassé l’ile est-timoraise d’Atauro, franchi le détroit d’Ombai entre Alor et Timor et longeons la partie occidentale de Timor. Nous arrivons au port de Tenau, près de Kupang (123° 34’E, 10° 10’S), à 7 h 25 locales après 14 h 30 de traversée. Nous reculons nos montres d’une heure, la province étant à TU +8 comme Pékin et Singapour. Il me reste huit jours à occuper le mieux possible.

Comme il n’y aura pas de ferry avant samedi pour Alor, je gagne l’aéroport à temps pour le vol quotidien de Wings Air et arrive à Kalabahi (124° 31’E, 8° 13’S) vers 14 h, sûrement bien avant l’hypothétique cargo attendu en vain à Lurang.

Je retrouve ainsi l’ile d’Alor, déjà visitée en 2008 (voir l’article de l’époque).

Les 4 et 5 mars, je séjourne dans l’île voisine de Pantar, séjour intéressant mais dans des conditions matérielles sommaires, proches de celles rencontrées récemment aux Moluques. Il en est rendu compte dans un article séparé.

Kepa, vue du nord - coraux autour de KepaKepa, vue du nord - coraux autour de Kepa

Kepa, vue du nord - coraux autour de Kepa

Je regagne Kalabahi le 6 et m’installe, comme en 2008, dans l’île de Kepa, chez nos compatriotes Cédric et Anne.

En route vers et sur la plage de Ling Al ( Alor)
En route vers et sur la plage de Ling Al ( Alor)

En route vers et sur la plage de Ling Al ( Alor)

Le 7, je longe en barque la côte ouest de la grande île d’Alor par le détroit de Pantar, puis les premiers kilomètres de la côte sud par le détroit d’Ombai, jusqu’à la très belle plage de Ling Al (124° 22’ E, 8° 26’ S). Passés les derniers villages, c’est une côte très sauvage, avec des falaises de basalte et de la forêt, presque déserte.

Le 9, Wings Air me ramène à Kupang en début d’après midi. Je retrouve avec plaisir cette capitale provinciale familière où j’avais séjourné en 1990, 2003 et 2008.

Un consulat aux champs.

Un consulat aux champs.

La journée du 10 est consacrée à diverses courses et démarches. Le Consulat de Timor-est (Consulado Timor Leste em Kupao) me confirme que les ressortissants de l’U.E. peuvent se rendre à Timor-est sans visa ni autorisation préalable.

Journal des Moluques (février-mars 2016)Journal des Moluques (février-mars 2016)

Bien que mon hôtel soit tout proche de la plage de Ketapang, j’évite de me baigner. Un panneau, ajouté depuis ma dernière visite, n’est pas alarmiste mais invite à la prudence.

Le soir sur la même plage : trois crucifix devant la mer, éclairés par des torches.

Le soir sur la même plage : trois crucifix devant la mer, éclairés par des torches.

Le 11 mars, je décolle à nouveau de l’aéroport d’El Tari (123° 40’E, 10° 10’S), mais vers l’ouest cette fois. Ceci conclut pour de bon ce voyage et ce journal. Avec la même conclusion qu’en 2008 : « adieu, provisoire, aux plus belles îles du monde ».

Voyez aussi :

  • l'article consacré aux Tanimbar et aux Moluques du sud-ouest;
  • si l'aventure vous tente ou simplement vous intéresse, voyez la page qui donne le mode d'emploi de ce voyage.