Kinnaur et Spiti, 7 jours à vélo

Publié le par Ding Thibaut

12 - 18 Octobre 2015

 

Avant d'en venir à mes impressions de voyage, je vous invite à faire connaissance avec cette région peu connue en lisant l'article très instructif de Papa.

Juin 2012, le Mans, France : plus de 550km parcourus en roller en 24 heures.

Octobre 2015, Kinnaur et Spiti, Inde : à peine plus de 500km parcourus en vélo au terme d'un périple de... sept jours.

Heureusement, je ne suis pas sept fois moins fort aujourd'hui en vélo que je ne l'étais en 2012 en roller. Après avoir lu l'article de Papa, vous vous doutez que l'explication relève plutôt du caractère exceptionnel de l'itinéraire suivi lors de ce périple à vélo. Environ 8500m de dénivelé positif, une altitude souvent comprise entre 3000m et 4000m, deux cols à 4500m dont le fabuleux Kuzum La… et surtout une piste très exigeante.

De la joie, de la souffrance, et des larmes libératrices

J'évoque ici mes courses de 24 heures car il y a un fil conducteur entre ces expériences et ce nouveau voyage, lui même dans la lignée de voyages précédents. Ce fil conducteur donne du sens à ces entreprises qui paraissent quelquefois incompréhensibles. Ce sont donc là de deux aventures formidables, de celles qui laissent des traces indélébiles dans la mémoire. Dans les deux cas, j'ai connu l'euphorie et la douleur, le sentiment de plénitude qui naît d'un effort physique prolongé, et le doute d'avoir mis la barre trop haute. J'ai eu très chaud, puis très froid, puis de nouveau très chaud, et ainsi de suite. J'ai eu mal au point de penser à l'abandon, je me suis fait confiance, et comme par magie je me suis de nouveau senti bien. Dans les deux cas j'ai atteint le moment venu une sorte de pic émotionnel où j'ai pleuré. J'ai même pleuré beaucoup plus intensément lors de ce dernier voyage tant j'en avais besoin, et tant le contexte s'y prêtait. Ces pleurs ont ceci de particulier qu'il est difficile de les associer à de la joie, à de la souffrance, ou à un sentiment précis. C'est l'accumulation de concentration, d'effort, et d'abnégation qui finit par faire sauter toutes les barrières qui emprisonnent habituellement les émotions. Mais que ce soit au Mans ou au Spiti, ces larmes sont étrangement devenues l'un de mes meilleurs souvenirs de l'aventure !

Moment de fatigue au Kinnaur, moment d'ivresse perché à plus de 4600m d'altitude sur un éperon rocheux près de DemulMoment de fatigue au Kinnaur, moment d'ivresse perché à plus de 4600m d'altitude sur un éperon rocheux près de Demul

Moment de fatigue au Kinnaur, moment d'ivresse perché à plus de 4600m d'altitude sur un éperon rocheux près de Demul

Plus près de mon frère

En 2015, ces larmes que j'ai versées abondement dans le petit village tibétain de Demul avaient une saveur différente. Vingt mois après son départ de cette terre, mon périple m’emmenait peu à peu sur les traces de mon petit frère Clément avec qui j'avais découvert l'Himalaya en 2006. Il avait toujours gardé une fascination pour la grandeur qui se dégage de ces montagnes, grandeur qui m'a saisi soudainement sur le toit d'une petite maison de Demul. Un peu comme lorsque je me laisse filer tout seul en kayak entre les rochers de Bréhat, je sentais Clément d'autant plus près de moi sur les pistes du Kinnaur et du Spiti que j'étais plongé seul dans cet univers qu'il aimait.

Pensée pour Clément à l'approche du Kunzum La, puis retour sur la Leh-Manali Highway le lendemain, 9 ans après notre voyagePensée pour Clément à l'approche du Kunzum La, puis retour sur la Leh-Manali Highway le lendemain, 9 ans après notre voyage

Pensée pour Clément à l'approche du Kunzum La, puis retour sur la Leh-Manali Highway le lendemain, 9 ans après notre voyage

Livré aux aléas de la piste

Lorsqu'on patine 24 heures sur un circuit d'un peu plus de 4km, on passe environ toutes les dix minutes devant son stand : une chaise, un matelas, des accompagnateurs bienveillants… soit autant de tentations de s'arrêter un instant ou de mettre un terme à sa course ! Monter une côte, la redescendre pour la remonter, et ainsi de suite... à chaque tour on réaffirme plus ou moins consciemment l'entreprise absurde dans laquelle on s'est lancé ! Il en va tout autrement lorsqu'on est seul sur son vélo au milieu du Spiti. Là, j'avançais pour aller quelque part, mais quelque part où l'on se doit d'arriver avant la nuit ! Un éboulement ? Des artificiers qui déclenchent des éboulements à la dynamite ? Un pied trempé après avoir perdu l'équilibre en traversant une section de piste immergée ? Un problème mécanique ? Chaque arrêt est un risque de ne pas arriver à temps à destination. Voyager en vélo, faire le choix de ne pas emporter de tente et de sac de couchage adapté aux températures négatives, c'est se retrouver dans la situation du pèlerin d'antan : livré à lui même avec l'obligation de trouver un toit pour la nuit.

Kinnaur et Spiti, 7 jours à vélo

Sérieux, mais la tête dans les étoiles

Je ne m'étais pas rendu compte de la difficulté de la piste que j’allais découvrir. Je n'imaginais pas un instant, qu'en dehors des grandes ascensions au programme, il y aurait tant de sections où en dépit d'une faible pente je ne dépasserai guère 5-7km/h. Ainsi j'ai fini trois étapes dans la nuit, à la lumière de ma lampe frontale, sans autre choix que de continuer. Au milieu du Spiti, il peut s'écouler des heures sans croiser un véhicule. Et pourtant, chacune de ces fois, une partie de moi était contente d'être là. Le spectacle de ces neiges éternelles rougies par le soleil couchant, la magie de voir les étoiles apparaître une à une, la beauté de la lune, cette impression d'immensité omniprésente... tout ceci fait oublier le froid et la fatigue. Dans ces instants, on n'oublie qu'on « fait du sport ». On est dans quelques choses de beaucoup plus sérieux que le sport, mais tout en ayant l'esprit perdu dans la contemplation ! Beaucoup plus sérieux car il faut arriver au plus vite à destination, avant d'être à bout de force, et en gardant de la marge face aux nombreux imprévus qui peuvent survenir. De nuit sur des routes bordées de précipices, il faut être attentif à chaque coup de pédale, mais maintenir le rythme. Et pourtant on se sent la tête dans étoiles !

La nuit tombe sur le Spiti, encore 15km jusqu'au prochain villageLa nuit tombe sur le Spiti, encore 15km jusqu'au prochain village

La nuit tombe sur le Spiti, encore 15km jusqu'au prochain village

Au hasard de découvertes inoubliables

Chaque jour, je ne savais pas précisément où j'allais passer la nuit. J'essayais de récolter des informations pour connaître les options. Mais comment savoir quelle distance je serai à même de parcourir ? Improviser à chaque fois, c'est à la fois prendre un risque et tenter sa chance. Le risque, c'est de ne rien trouver et de devoir continuer de nuit malgré le froid et la fatigue, ou d'atterrir dans un hôtel miteux. La chance, c'est de se retrouver accueilli par une famille tibétaine dans un village perdu à 4000m au milieu des montagnes, où l'on a atterri faute de savoir lire un panneau en hindi ! Un village où la vie quotidienne ne semble pas avoir beaucoup changé depuis le moyen-âge. Maisons en torchis, pôles alimentés par des bouses pour pallier l'absence de bois à ces altitudes, présence des bêtes au rez-de-chaussée, absence d'eau courante et accès très limité à l’électricité… Mais l'accueil et l'hospitalité des villageois est à la hauteur de conditions de vie si rudes !

A DemulA Demul

A Demul

Plutôt qu'un très long récit de chaque journée (dont je dispose par ailleurs), voici maintenant une série d'albums pour donner un aperçu de ce fabuleux voyage.

Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako
Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako

Premier album: le Kinnaur, de Wangtu (lundi midi) à Sumdo (mercredi midi) en passant par Nako

Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul
Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul

Deuxième album: au Spiti, de Sumdo (mercredi midi) à Kaza (vendredi midi) en passant par Tabo et Demul

Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)
Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)

Troisième album: Spiti et Lahaul, de Kaza (vendredi midi) à Manali (dimanche après-midi)

Commenter cet article