Yu Ling : la page est tournée.

Publié le par Ding

  Photos Pékin Noël 2010 005

 

Moi l'Empereur ordonne ma sépulture : cette montagne hospitalière, le champ qu'elle entoure est heureux . Le vent et l'eau dans les veines de la terre et les plaines du vent sont propices ici. Ce tombeau agréable sera le mien.

Victor Segalen, Edit funéraire link, Stèles 

 

 

 

Nous savions depuis deux ans qu’il était en sursis et que l’inévitable se produirait.

 

« Il » désigne Yu Ling, le quatrième tombeau Ming, construit en 1464 pour recevoir l’Empereur Zhengtong, Zhu Qizhen de son vrai nom, empereur qui présente la particularité d’avoir régné à deux reprises, et ses deux impératrices.

 

Une-semaine-a-Pekin 0289    Une-semaine-a-Pekin 0292

 

Depuis l’automne 2009, Yu Ling était le dernier des treize tombeaux Ming à ne pas avoir été restauré – depuis que Mao Ling, quelques centaines de mètres plus à l’ouest, avait connu une restauration complète.

 

Yu Ling était donc le dernier tombeau à présenter cette apparence décrépite qui enchantait des générations de visiteurs nostalgiques : sur ses murs croulants tenait tant bien que mal un toit bringuebalant avec ses poutres branlantes et ses tuiles de guingois sur lesquelles courraient des herbes folles, comme une chevelure.

 

Photos Pékin janvier février 2011 suite 1 001 

 

 

L’inévitable, nous le savions, c’était une restauration lourde, comme celle pratiquée sur les douze autres tombeaux : on retire le vieux toit, on reconstruit une charpente, on remet les murs en état, on repeint le tout de couleurs vives pour ne pas dire criardes et on obtient un tombeau Ming flambant neuf dont les tuiles sorties d’usine brillent au soleil. Tout y est, sauf l’essentiel, c’est-à-dire l’outrage du temps et la patine des années. Nous avions assisté à cette reconstruction de Mao Ling, nous savions que Yu Ling connaitrait le même sort.

 

 

 

 

  Un tombeau restauré (Zhaoling)

 

 

Pendant deux ans donc, nous avons profité de ce sursis. Nous sommes allés et retournés en pèlerinage aux tombeaux Ming et à notre tombeau favori, le regardant et le photographiant sous tous les angles à défaut de pouvoir y entrer comme naguère, tous les tombeaux étant désormais clos. Nous y sommes allés en toutes saisons avec un faible pour les rares périodes où il était couvert d’un mince voile de neige.

 

Photos Pékin janvier février 2011 suite 2 011  Photos Pékin janvier février 2011 suite 2 009

 

Nous y avons conduit tous nos visiteurs : quelques uns illustres, que la discrétion nous interdit de nommer, beaucoup de collègues, d’amis et de parents dont certains  liront sans doute cet article.

 

 

Photos Pékin Noël 2010 003

 

 

 

 

A tous, nous avons essayé de faire partager notre passion pour Yu Ling et la conviction de voir une merveille condamnée : les autres tombeaux Ming et tous les tombeaux Qing étant restaurés, la restauration de Yu Ling marquerait la fin de ces tombeaux à l’état sauvage que nous aimions tant.

 

 

 

 

 

 

L'inévitable a fini par arriver. Le 15 octobre, en retournant en pèlerinage, nous avons trouvé la route d’accès empierrée couverte d’une couche de terre protectrice, Yu Ling entouré d’une palissage de chantier bleue, de hideux baraquements de ciment gris, des toilettes de chantier et la tour de la stèle déjà hérissée d’échafaudages.

 

 

Photos Tombeaux Ming 151011 010

 

 

Le personnel nous a signifié une défense d’approcher et nous n’avons pu qu’en faire le tour encore une fois. Le toit ruiné, si symbolique de la fuite du temps, est encore là pour quelques jours ou quelques semaines, mais les murs sont déjà couverts d’échafaudages.  

 

    Photos Tombeaux Ming 151011 007   Photos-Tombeaux-Ming-151011-008.jpg

 

Le précieux tombeau est affublé d’une banderole rouge appelant au respect de la sécurité au travail. En regardant furtivement à travers une embrasure du mur est, nous avons pu voir pour la dernière fois cette cour hors du temps où nous flânions il y a une quinzaine d’années. Dernier regard, car l’irréparable est en marche.  

 

Nous nous y attendions, mais ce fut un choc. Bien sûr, il faut se dire que cette restauration inévitable était nécessaire : à ce point délabré, Yu Ling aurait fini par s’écrouler à force d’usure ou au premier séisme. Bien sûr Yu Ling restauré se patinera à son tour et sans doute assez vite, à l’instar des tombeaux Qing restaurés il y a plus de vingt ans.

 

Mais tout de même, quelle tristesse !

 

  Yuling-281012-001rev1.JPG

Les collines à l'ouest de Yuling 

 

 

Pour en savoir plus sur l’Empereur Zhengtong et son tombeau, voyez l’article :

link (http://www.mingtombs.eu/emp/06zhengtong/zhengtong.html)

Sur les tombeaux Qing, voyez nos articles : Aux tombeaux Qing de l'est et Aux tombeaux Qing de l’ouest .

Publié dans Nouvelles de Pékin

Commenter cet article