Villages fantômes et feuillages d'automne (mis à jour 20.02.11)

Publié le par Ding

Nous sommes retournés le 30 octobre 2010, par un très beau temps, dans les collines au nord du temple de Tanzhe déjà visitées à deux reprises au printemps. Nous avons d'abord marché sur la vieille route de Beiling (X004) que nous avions trouvée obstruée en avril par une chute de pierres. Elle est de plus en plus envahie par la végétation car aucune voiture ne l'emprunte plus. Puis nous sommes retournés Sur la route des villages-fantômes  (X016) qui permet de franchir la ligne de crête et de retrouver la route G109 au nord.

 

Bien qu'il ait gelé cette semaine dans ces collines, les feuillages d'automne sont encore très beaux sur les versants sud et nous avons pu les admirer à loisir. Les paysages rappellent souvent les Alpes de haute Provence. Curieusement, les feuillages rouge et orange sont presque absents au nord de la ligne de crête. Nous avons aussi trouvé des "villages fantômes", partiellement ou entièrement abandonnés, bien que nous ayons pris une autre variante, plus à l'ouest que la dernière fois.

 

Mais quel changement en six mois à peine ! De nouvelles routes sont en cours de percement dans la montagne et recouvrent littéralement les anciennes. Ces dernières sont enfouies sous des tonnes d'éboulis et de gravats et de larges saignées trouent le paysage. La destination de ces nouvelles routes est un peu mystérieuse puisque les mines de charbon sont en théorie fermées, mais le charme et le parfum d'aventure des anciennes pistes sont hélas perdus. Il faudra trouver d'autres sites.

 

X   X   X

 

Désireux d’échapper à l’épais voile de brume et de pollution qui pesait ce matin (20 février 2011) sur Pékin, je suis retourné sur la route des villages fantômes. Après le premier tronçon sur piste, j’ai retrouvé le carrefour que nous avions trouvé totalement bouleversé en novembre dernier par la construction d’une large route. Cette fois-ci je l’ai prise vers la droite, donc vers l’est, ayant constaté en octobre que la variante ouest, dévastée par le chantier, ne présente plus guère d’intérêt.

 

Très bonne surprise : après 1 à 2 km sur ce boulevard non encore goudronné, dont l’intérêt réel reste difficile à comprendre, une petite piste à gauche. A partir de ce carrefour, on retrouve notre promenade des années 90, intacte, à travers les villages fantômes désertés et ruinés. Cette variante de l’est estdonc la seule route pittoresque qui permette encore de relier les routes G 108 et G 109 à travers la montagne, les deux autres itinéraires (variante ouest et ancienne piste de Beiling) ayant été oblitérés par la nouvelle route. Le paysage a bien sûr ses couleurs d’hiver. La neige a fondu sur les adrets, mais la piste reste enneigée sur les passage ombreux, sans difficulté pour passer en 4x4. Des traces de pneus montrent qu’elle demeure un peu empruntée. Pourvu qu’elle demeure en l’état quelque temps et ne soit pas bientôt ravagée à son tour.

 

Les villages que nous appelons fantômes, s’il sont très ruinés, ne sont en réalité pas totalement abandonnés : un ou deux paysans continuent à y élever les chèvres sous la garde de chiens bruyants mais peu agressifs. Au moment de retrouver la route cimentée (C 141), une barrière baissée, mais heureusement pas fermée à clef. . Toutes les mines de charbon sont en principe fermées désormais. A un endroit seulement, près de la route Xiaan parallèle à la G 109, je tombe sur une mine qui n’est peut-être pas entièrement fermée.

 

 

Publié dans Nouvelles de Pékin

Commenter cet article