Miaofengshan par le sentier des pèlerins

Publié le par Ding

Mis à jour le 30 septembre 2012

 

Alors que nous fêtons la mi-automne du calendrier chinois avec ses gâteaux de lune, l'automne vient tout juste d'arriver climatiquement parlant. La chaleur lourde et humide qui était notre lot depuis plusieurs mois a disparu (alors qu'elle perdure à Shanghai). Ce matin, après deux ou trois jours d'une pluie bienvenue tant la sécheresse menace la capitale, un temps superbe s'est levé sur Pékin : grand beau temps avec un ciel limpide très rare ici, la pluie ayant lavé le brouillard de pollution habituel.

 

C'était l'occasion attendue depuis longtemps de retourner au temple taoïste de Miaofengshan visité au printemps avec ses arbres en fleurs (voir l'album Miaofengshan-mai-2010 Miaofengshan-mai-2010 ), mais à pied cette fois-ci.

 

Malgré l'absence de carte précise, le chemin n'est pas difficile à trouver. "Un chemin" serait plus juste, car il en existe plusieurs que les pèlerins empruntent traditionnellement au printemps pour gravir la montagne.

 

Il faut d'abord se rendre au village de Beianhe, à une petite quarantaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville. Là, l'une des options est de laisser la voiture à l'entrée du parc de Jiufeng (alt 300 m) et de commencer la montée. Celle-ci est raide, car la montagne est abrupte.   Photos-Miaofengshan-220910-001.jpg

 

 

 

 

 

La première heure de montée se fait sur des marches. Il faut serrer à gauche, alors que la majorité des marcheurs (curieusement en petit nombre pour un jour férié) se rend au petit temple de Jiufeng.

 

 

 

 

 

 

 

"Sommet" et temple de Jiufeng

 

 

En serrant à gauche, on passe le petit pavillon de Yunxiuting (alt 350 m) d'où la vue est déjà belle, puis la tour d'observation (alt 700 m), Le sentier devient alors "nature" (plus de marches) et on y est désormais à peu près seul. Photos-Miaofengshan-220910-009.jpg

 

 

La montée, raide, se poursuit sur des éperons rocheux, puis dans une forêt de pins. Photos-Miaofengshan-220910-008.jpg Les lignes à haute tension sont suspendues au dessus de la forêt comme de grande toiles d'araignées. Laissant de côté un grand coupe-feu qui part vers l'ouest, je poursuis vers le nord-est et rejoins la crête déjà visitée et photographiée au printemps (alt 1050  m, 2 heures de marche depuis le départ)). La vue sur le nord de la plaine pékinoise, jusqu'à Changping et au delà, est remarquable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la crête, Miaofengshan paraît proche mais c'est une illusion : le relief et la végétation interdisant de passer en ligne droite, il faut faire un détour par les crêtes ou par la vallée.

 

Photos-Miaofengshan-220910-004.jpg

 

 

J'opte pour les crêtes, suivant une route prise en voiture au printemps. La vue est dégagée et belle, mais la marche est longue : il faut monter jusque vers 1200 m, puis descendre dans la vallée vers 1000 m et remonter par la route des voitures (moins agréable à cause de la circulation). Photos-Miaofengshan-220910-005.jpg

 

 

 

 

 

Des ouvriers agricoles récoltent de petites fleurs mauves sur des arbustesplantés en gradins, dont ils tirent semble-t-il une confiture.  J'atteins le temple après 4 heures 30 de marche. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De là, je rejoins le village de Jiangou, en contrebas du temple. Faute d'avoir pu emprunter le sentier direct qui existe sans doute, je prends à nouveau la route goudronnée, ce qui est un détour assez long. Au village, pris la route qui remonte vers l'est. A plusieurs reprises, il est possible de couper par un ancien sentier, aux belles dalles de pierre polies par les pèlerins au fil des ans. Avec les arbres, c'est une portion de chemin très agréable. Je rejoins la crête au point atteint ce matin, et il n'y a plus qu'à descendre jusqu'au parc de Jiufeng. Vue particulièrement belle au soleil de l'après-midi : avec le soleil, Pékin vue dans le lointain est une ville blanche, presque comme au Moyen Orient.

 

 

Photos-Miaofengshan-220910-007.jpg

 

 

La descente se fait en 3 h 30 au total.

 

Très belle promenade donc, à condition de la faire par très beau temps, mais fatigante : 25 ou 30 km de marche aller-retour et 1 500 m de dénivelé à peu près.

 

*     *     *

 

On peut aussi monter à Miaofengshan en partant du parc de Yangtai, juste au nord du parc de Jiufeng. Très beau chemin de pèlerins dallé, qui passe par le temple de Jinshan (en cours de restauration complète, sans grand intérêt) et rejoint la promenade précédente au parking situé sur la crête (altitude 1000 m). De là, on descend vers Jiangkou par le même chemin ou l'on passe par les crêtes comme indiqué plus haut.

 

Autre possibilité : partir du village de Cheerzhuang, nettement plus au nord (marche dapproche assez longue si l'on est sans voiture, car les transports en commun ne le desservent pas). Un autre beau chemin dallé rejoint la crête vers 900 m, peu fréquenté par les randonneurs (donc plus propre). En obliquant vers la gauche, on rejoint la colline à 1200 m indiquée plus haut, d'où il est aisé de gagner le temple (plusieurs accès possibles).

 

Il est également possible de monter à Miaofengshan en partant un peu au sud de Beianhe, du temple bien connu du grand éveil (Dajuesi, dans le village de Yugezhuang, près du village plus important de Beianhe). Il faut contourner le temple par la gauche (longer son mur sud). Le début de la montée se fait dans une zone interdite, mais les promeneurs n'y sont pas rares et nul n'est là pour faire respecter l'interdit. En quittant très rapidement la route cimentée par un chemin bien tracé sur la droite, on s'élève dans un petit vallon orienté presque sud-nord (azimut 340°). Le sentier s'élève rapidement et rejoint le chemin cimenté qui monte du parc de Jiufeng près du pavillon précité de Yunxiuting. Ensuite, procéder comme pour l'excursion précédente.

 

Si l'on reste plus longtemps sur la route cimentée (2,5 km environ), on parvient à l'entrée d'un parc signalée par un portique et une clôture verte. De là, un chemin très bien dallé, sans doute l'ancienne route des pèlerins, permet de gagner la crête  que l'on atteint à une attitude de 850 m environ. Malheureusement, les pèlerins d'antan ont été remplacés par des randonneurs modernes qui laissent leurs détritus sur leur passage. En arrivant à la crête, deux possibilités : continuer tout droit vers le village de Jiangoucun, en contrebas de Miaofangshan; ou bien prendre le chemin de droite qui emprunte un large coupe-feu, et l'on rejoint l'itinéraire de montée de Jiufeng à 900 m d'altitude. Il semble qu'un troisième chemin permette de relier les deux itinéraires de montée vers 750 m d'altitude. Les variantes sont donc nombreuses.

Publié dans Nouvelles de Pékin

Commenter cet article