Chengde

Publié le par Ding

Il fait froid à Chengde ! Moins dix, peut-être moins, j'envie les membres de la famille qui sont au même moment à l'extreme sud de la Chine.  Mais au moins l'air y est plus pur qu'à Pekin, qui baignait ce matin (25 décembre) dans un brouillard de pollution,  et une mince couche de neige rend le jardin impérial tres beau.
 
Je m'y suis promené plus de deux heures cet après-midi, m'enfoncant dans les profondeurs de cet ancien terrain de chasse impérial au point de me perdre. Mais j'ai eu ma récompense en croisant deux très beaux cerfs avec leurs bois et quantité de biches et de faons. Sous les pins et dans la neige, sans aucune trace de pas humains, c'était un beau spectacle, avec les collines neigeuses à perte de vue dans le soleil. Je suis tombé à ma surprise sur un groupe de chiens : il se régalaient d'un cervidé fraîchement tué, mais ne m'en ont pas trop voulu d'interrompre brièvement leur festin.
 
Quand j'ai retrouvé les parties civilisées du parc, l'après-midi finissait déjà, des Chinois patinaient sur les lacs et d'autres etaient sur la glace avec des petites chaises qui m'ont rappelé des souvenirs. Je suis rentré me rechauffer car, même bien couvert, le froid etait mordant.
 
Chengde est un voyage modeste mais la lecture de Nicolas Roehrich (Heart of Asia, Memoirs from the Himalaya, édité par ITI) me fait rêver a d'autres équipées, passées et futures.

Publié dans Nouvelles de Pékin

Commenter cet article