Une première semaine difficile

Publié le par Ding

         Cela fait désormais une semaine que je suis en Chine, alors voici quelques nouvelles.

         Ma semaine s'est organisée autour de deux pôles : être à la hauteur des exigences de mon patron sur le plan de mon stage, et trouver un logement pour ces six mois.

 [PARTIE SUR LE STAGE RETIREE a 21h21] 

         Mes journées ont toutes commencé par un réveil vers 3h30 ou 4h00 du matin. J’utilisais ces heures avant d’aller au travail pour parcourir les annonces de logement, y répondre, et même à deux reprises visiter un appartement avant le travail. Je réservais sinon les visites au soir, après le travail vers 19h30. Le premier appartement que j’ai visité était individuel, cher, sans salle de douche digne de ce nom, mais à 10 minutes à pied de mon travail. Il faut savoir que mes collègues chinois mettent en moyenne 1h30 pour venir au travail. J’ai donc comparé mes visites successives à cette première. Elles étaient moins chère, mais toujours plus loin. Je me suis aussi dit qu’il serait préférable de trouver une colocation anglophone qu’un appartement seul, afin de faire des économies et de jouer le jeu de l’expérience internationale qui justifie ma présence ici.

         Jeudi matin avant le travail, je visite ainsi un appartement pour deux à moins de 30 minutes de ma tour de travail. L’appartement me plaît tout de suite, et l’Irlandais de 22 ans qui y vit me fait bonne impression. Nous convenons de mon installation pour le soir même. Après un crochet par mon hôtel pour récupérer mes bagages, je prends le taxi pour regagner mon nouveau logement. J’ai la surprise d’y trouver mon colocataire en difficulté avec la police. Il n’avait aucun bail ne légitimant sa présence ici. J’apprends un peu plus tard qu’il donne de l’argent à un ami en Thaïlande pour deux semaines, qui l’envoie lui-même au propriétaire que lui seul connaît (un Chinois d’Outre Mer). Face à ce « mess », il n’était plus question de rester. J’ai finalement passé la nuit dans l’appartement où le wifi m’a aidé à chercher un hôtel. C’est finalement à celui que j’avais quitté que je retourne le lendemain matin à 7h00 avant l’arrivée de la police.

         Le soir même, je visite une nouvelle colocation. L’appartement fait environ 120 mètres carrés. Il est neuf, très bien équipé, et ma chambre fait environ 25 mètres carrés. La colocataire principale est une chinoise qui a l’habitude d’avoir des colocataires. Un colocataire américain arrivera par ailleurs dans quelques semaines. Elle me dit qu’il n’y aura pas de fêtes ici car elle n’aime pas spécialement cela, et que si elle voit des amis, c’est plus à l’extérieur. Le prix étant en plus très faible au regard du lieu et du marché, j’accepte sur le champ à condition d’avoir un contrat en anglais. C’est finalement hier matin qu’elle m’a rappelé pour me dire qu’elle était d’accord aussi (elle aurait préférait un colocataire s’engageant un an). Je vais signer le contrat ce soir, et j’emménage normalement demain si la colocataire coréenne que je remplace est bien partie.

 

         L’esprit enfin plus tranquille et après une nuit de 12 heures, je me suis lancé dans la recherche de lieux pour faire du roller. Je me suis fait dégager d’un stade d’athlétisme hier soir, m’ais j’ai eu plus de succès aujourd’hui. J’ai patiné dans un grand parc au bord d’un lac. L’endroit est très sympa, mais il ne sera pas possible de m’y entraîner vu que c’est un espace piéton. J’ai tout de même pu tourner un peu autour d’une grande fontaine en me faisant prendre en photos par tous les promeneurs, chinois où étrangers. J’ai ensuite découvert un immense parking vide qui devrait être parfait pour faire de la vitesse. Sinon, les pistes cyclables le long des avenues de 4 voies sont se prêtent bien à la randonnée urbaine, à condition d’accepter de se faire klaxonner par le vélo éléctrique ou la mobylette qui l’emprunte à contresens. Enfin, c’est comme pour la chaleur : si ce n’est pas la Suisse, à côté de  l’Iran, il n’y a pas à se plaindre de l’anarchie !



          

 

Publié dans Nouvelles de Shanghai

Commenter cet article