Nouvelles de Gurgaon, 17 mai 2015

Publié le par Thibaut

Nouvelles de Gurgaon, 17 mai 2015
Nouvelles de Gurgaon, 17 mai 2015

Cela fera demain deux semaines que je suis arrivé à Gurgaon où je vis à l’hôtel. Je devrais y rester encore deux semaines avant d’emménager à Delhi. Notre appartement se situera à Vasant Vihar, dans le sud de la ville, donc non loin de la route qui mène à Gurgaon où se situe mon bureau. Nous avons décidé d'habiter là pour être à 400m de l'école où iront les enfants (une école indienne Montessori).

Gurgaon, dans la province de l'Haryana, est la principale ville satellite de Delhi qui a poussé en une dizaine d'années. Là où il n'y avait alors que des champs s'étendent aujourd’hui des grattes-ciels et des condominiums, et des nouveaux chantiers un peu partout. Jusqu'à ce week-end, je n'avais vu de cette ville insolite que mon hôtel, la vue qu'offre sa terrasse depuis sa piscine à débordement, mon bureau, et ces grandes avenues poussiéreuses et bruyantes. Lorsqu'on est pris dans les embouteillages, le vacarme des klaxons et les heurts d'une conduite « pousse toi que je m'y mette » donnent l'impression d'être dans un des endroits les moins développés de la terre (voir l'article sur les routes de l'Inde). L'ambiance est plus proche de Rawalpindi au Pakistan que de Shanghai.

Pourtant, c'est une des villes les plus riches d'Inde ! Et on s'en rend très bien compte lorsqu'on pénètre dans les méga malls de DLF city (DLF est l'un des principaux promoteurs qui « construit » Gurgaon ; certains quartiers portent le nom de la phase de construction : DLF Phase 2 par exemple). Outre ces malls ultra modernes avec des boutiques de luxes, la richesse est affichés dans les condominiums les plus luxueux, tels que ceux visités avec Romy en avril (au passages les appartements luxueux de 300m² avaient des loyers deux fois moins élevés que des appartements plus petits et plus anciens dans le sud de Delhi).

Hier, j'ai décidé de découvrir Gurgaon par mes propres moyens. Au travers d'un footing de 12km, j'ai pu enfin me familiariser avec la géographie de mon quartier : les secteurs 50, 65, 61, 51 et 57, le fameux Golf Course où se situent les condominiums les plus prisés. En faisant cap au sud, je me suis rapidement retrouvé dans des terrains vagues entourés de tours en construction. De la poussière et des chantiers à 360°. Entre les chantiers, à quelques centaines de mètres des résidences luxueuses bien gardées, des gens en hayons errent au milieu des détritus avec lesquels ils fabriques les tentes qui leur servent de maison. Des cochons et des chiens errent partout autour. Sur le chemin du retour, j'ai découvert une autre réalité encore : des petites ruelles qui font penser aux hutongs de mon enfance, parsemées de petits parcs et de petits temples. Des individus se promènent paisiblement ou discutent à l'ombre de magnifiques arbres très anciens qui font apparemment l'objet de rites hindouistes.

Faut-il mieux être une vache sacrée de Gurgaon ou une vache pas sacrée de Normandie ?Faut-il mieux être une vache sacrée de Gurgaon ou une vache pas sacrée de Normandie ?

Faut-il mieux être une vache sacrée de Gurgaon ou une vache pas sacrée de Normandie ?

Ce matin, je suis parti à la fraîche (5h30) faire un tour de 43km en roller pour voir ce que ça donne. J'avais repéré la semaine dernière que la route de Faridabad (qui continue à Agra) était appréciée des cyclistes et joggeurs du dimanche matin. Au bout de quelques kilomètres je me sentais dans mon élément comme si j'avais achevé hier la dernière étape de mon voyage en roller en Iran. Patiner en ayant en permanence à l'esprit : « expect the unexpected ! ». Un très beau revêtement qui s'arrête d'un coup pour laisser place à du sable ou des cailloux, un trou béant au milieu de la chaussée, une vache qui traverse, un camion qui double, une voiture qui en double une autre qui ne veut pas se laisser doubler, un tracteur qui remonte la route à contresens etc. Heureusement, la route est très large, et les conducteurs sont familiers de ce chaos si bien qu'un type en roller n'a pas l'air d'un intrus. La route de Faridabad offre dans l'ensemble un très bon revêtement et la parcourir fut un réel plaisir !

Thibaut

Nouvelles de Gurgaon, 17 mai 2015
Nouvelles de Gurgaon, 17 mai 2015Nouvelles de Gurgaon, 17 mai 2015

Publié dans Nouvelles de Delhi

Commenter cet article